Archives Podcast

#2. Facebook, c’est pour les mamies un peu

La Tech à l'envers
La Tech à l'envers
#2. Facebook, c'est pour les mamies un peu
/

Ce second podcast est dédié à l‘usage du numérique au sein de la famille et à l’addiction des jeunes aux écrans.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Emmanuel Berne, Directeur des études au sein de l’agence de communication Digitale Heaven et Cyril Di Palma, délégué général de l’association Génération Numérique, association agréée par le Ministère de l’Éducation Nationale qui intervient et sensibilise parents, élèves et professeurs aux enjeux et aux risques du numérique.

Tous les deux reviendront sur la dernière étude #BornSocial qui étudie les usages des réseaux sociaux chez les jeunes de 11 à 13 ans et nous partageront conseils et recommandations pour accompagner les enfants dans leur usage des réseaux sociaux.

Je m’appelle Clément Donzel. Ce podcast est garantie 100% audio, 0% écran.

Je tiens à remercier la Mairie de Puteaux et tout particulièrement Isabelle Monard et Gwladys Siracuse de la Maison du Droit et de la Famille pour leur accompagnement et leur aide dans la réalisation de cette série de podcasts.


Nos intervenants


Ce qu’il faut retenir :

Partie 1 – L’usage des réseaux sociaux chez les jeunes de 11-13 ans

  • 54% d’inscriptions aux réseaux sociaux en 6e. On observe une stabilité du taux d’inscription
  • 72% sont équipés d’un smartphone à 12 ans
  • 2h40 passé par jour en moyenne sur Internet pour un enfant de 12 ans
  • 2017: 30% des enfants déclaraient être sur Facebook. en 2021, 5% seulement
  • Snapchat est LE réseau le plus utilisé par les enfants de 12 ans (51%). Instagram et Tiktok sont à la corde. Discord et Twitch rentrent dans la danse des réseaux les plus populaires.

Partie 2 – Recommandations et rôle des parents

  • L’adulte a toute sa place à prendre dans cet apprentissage
  • Comment font les enfants pour s’inscrire sur les plateformes
  • Les effets collatéraux lorsque l’on ment sur son age
  • Reculer l’age d’entrée des jeunes sur les plateformes dans la mesure du possible
  • Recommandations pour accompagner les enfants dans leur apprentissage des réseaux sociaux

Partie 3 – Cyberharcèlement

  • Les réseaux sociaux n’ont pas inventé le cyberharcèlement, mais ont permis sa propagation, sa pérennité et sa large diffusion
  • Certains signes faibles peuvent indiquer un cas de cyberharcèlement, même en primaire
  • Quelles réactions adopter en cas de cyberharcèlement de son enfant? Confrontation, signalement, dépôt de plainte?

Pour aller plus loin

#1. Papa, je veux un smartphone !

La Tech à l'envers
La Tech à l'envers
#1. Papa, je veux un smartphone !
/

Dans ce premier épisode de la Tech à L’envers, Anne Lefebvre, psychologue clinicienne et présidente de l’association Alerte Écrans, nous détaille les risques liés à une surexposition de nos enfants et de nos adolescents aux écrans, l’impact de que les différents confinements ont eu sur leur usage du numérique et les problèmes d’attention que cela peut générer.

Nous aborderons également avec elle les types de positionnements qu’il est préférable d’adopter en tant que parents pour conserver une certaine harmonie dans le cercle familiale.

Je m’appelle Clément Donzel et j’ai le plaisir d’être accompagné par mon frangin, Jérémie Donzel. Bienvenue dans notre premier podcast dédié aux conséquences de l’addiction des jeunes aux écrans. Podcast garanti 100% audio, 0% écran.


Notre invitée

Anne Lefebvre est psychologue clinicienne et est présidente de l’association Alerte Écrans, association pour l’éducation et la rééducation du temps écran.


Ce qu’il faut retenir

  • Une surexposition précoce excessive aux écrans produit chez les plus jeunes et les adolescents des difficultés communicationnelles, d’interactions sociales et de développement sociaux émotionnels.
  • Les confinements successifs ont favoriser un contexte de lâcher-prise des parents vis-à-vis de l’usage du numérique chez les enfants et les adolescents. Pour éviter le huis-clos avec les parents, beaucoup d’ados ont inversé leur rythme de vie, ont vécu la nuit sur les réseaux sociaux et les jeux vidéo, et dormaient dans la journée. Mais les parents à leur décharge, ont fait ce qu’ils ont pu pour survivre dans cette contrainte.
  • Il est primordial de négocier un contrat de bon usage, de règles, avant même qu’on ait acheté un smartphone, une tablette ou une console de jeux vidéo.
  • Ne pas utiliser la télé, le smartphone ou tout écran comme levier de négociation dans tout ce qui est difficile dans la parentalité : calmer un enfant, le faire manger, le faire se coucher.
  • Un accompagnement est à mettre en œuvre très tôt dès qu’on voit des signes de troubles de la communication.
  • Une consommation numérique importante des parents devant les tout-petits induira des effets d’identification et de mimétisme et généra un effet de rebond. C’est -à-dire qu’après le temps calme de la captation de l’attention suivra une période addictogène liée à la surexposition et des colères.
  • Une modération numérique dans les familles, ainsi que le maintient d’une quantité importante de lecture, notamment à voix haute, et à tous les âges de la vie semblent être les meilleures armes.

Pour aller plus loin