Le temps passe trop vite? Lisez Sénèque « De la brièveté de la vie »

J’ai pris l’habitude d’écrire dans mon Iphone des citations marquantes de personnages plus ou moins célèbres. Citations que je relie de temps à autre. L’une d’elles, écrite par le philosophe Sénèque dans son essai « De la brièveté de la vie », me parlait tout particulièrement:

Le temps est la chose la plus précieuse. Bien qu’immatériel, il faut le préserver, ne pas le gaspiller ou distribuer à autrui.

« De la brièveté de la vie », Sénèque.

Il était donc temps d’aller un peu plus loin et faire connaissance avec ce fameux philosophe de la Rome antique ayant vécu entre 0 et 65 ans après JC et se revendiquant de l’école stoïcienne.

Cet essai de moins de 100 pages se lit très vite et est accessible au non initié(e) comme moi. Un brin provocateur et terriblement d’actualité, je ne peux que vous encourager à le lire. Surtout si comme moi un attrait de la philosophie combiné à une bonne dose de questionnement métaphysique raisonnent en vous (qui a parlé de la crise de la quarantaine?).

Morceaux choisis qui m’ont particulièrement touchés:

  • Personne, excepté celui qui soumet toutes ses actions à son examen critique, toujours infaillible, ne se retourne volontiers sur son passé. (…). Il s’agit pourtant là de la partie de notre temps qui est sacrée et inviolable, hors de portée des malheurs qui frappent les humains, soustraite à la domination de la Fortune; ni la pauvreté ni la peur ni la maladie ne viennent la harceler (….). On en a la propriété à perpétuité et en toute sécurité.
  • Nous pouvons discuter avec Socrate, douter avec Carnéade, trouver la paix avec Épicure, maitriser la nature de l’homme avec les Stoïciens, la dépasser avec les Cyniques. Puisque la nature nous permet de communiquer avec n’importe quelle époque, pourquoi ne pas quitter cet étroit et éphémère passage de notre vie et ne pas nous lancer de tout notre être dans ces espaces illimités, éternels et où nous pouvons côtoyer ceux qui sont meilleurs que nous ?
  • Seul (le Sage) échappe aux lois du genre humain: tous les âges lui sont soumis comme à la divinité. Une période s’est-elle achevée? Il l’embrasse par le souvenir. S’agit-il du présent ? Il le met à profit. Du futur? Il l’anticipe. Ce qui lui confère une longue vie, c’est qu’il rassemble tous les temps en un seul.

En résumé, Sénèque avec « De la brièveté de la vie » nous apporte un essai bref, intense, parfois violent dans les propos, souvent très juste et plus que jamais d’actualité. Alors si vous aussi, vous trouvez que le temps passe trop vite, lisez Sénèque « De la brièveté de la vie ».

Envie de prolonger le sujet du temps qui passe cet été ? Le Harvard Business Review d’Août – Septembre 2019 vient de sortir un numéro pour « Redevenir maître de notre temps » . Bonnes lectures à tous !

(Visited 8 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *