#1. Papa, je veux un smartphone !

La Tech à l'envers
La Tech à l'envers
#1. Papa, je veux un smartphone !
/

Dans ce premier épisode de la Tech à L’envers, Anne Lefebvre, psychologue clinicienne et présidente de l’association Alerte Écrans, nous détaille les risques liés à une surexposition de nos enfants et de nos adolescents aux écrans, l’impact de que les différents confinements ont eu sur leur usage du numérique et les problèmes d’attention que cela peut générer.

Nous aborderons également avec elle les types de positionnements qu’il est préférable d’adopter en tant que parents pour conserver une certaine harmonie dans le cercle familiale.

Je m’appelle Clément Donzel et j’ai le plaisir d’être accompagné par mon frangin, Jérémie Donzel. Bienvenue dans notre premier podcast dédié aux conséquences de l’addiction des jeunes aux écrans. Podcast garanti 100% audio, 0% écran.


Notre invitée

Anne Lefebvre est psychologue clinicienne et est présidente de l’association Alerte Écrans, association pour l’éducation et la rééducation du temps écran.


Ce qu’il faut retenir

  • Une surexposition précoce excessive aux écrans produit chez les plus jeunes et les adolescents des difficultés communicationnelles, d’interactions sociales et de développement sociaux émotionnels.
  • Les confinements successifs ont favoriser un contexte de lâcher-prise des parents vis-à-vis de l’usage du numérique chez les enfants et les adolescents. Pour éviter le huis-clos avec les parents, beaucoup d’ados ont inversé leur rythme de vie, ont vécu la nuit sur les réseaux sociaux et les jeux vidéo, et dormaient dans la journée. Mais les parents à leur décharge, ont fait ce qu’ils ont pu pour survivre dans cette contrainte.
  • Il est primordial de négocier un contrat de bon usage, de règles, avant même qu’on ait acheté un smartphone, une tablette ou une console de jeux vidéo.
  • Ne pas utiliser la télé, le smartphone ou tout écran comme levier de négociation dans tout ce qui est difficile dans la parentalité : calmer un enfant, le faire manger, le faire se coucher.
  • Un accompagnement est à mettre en œuvre très tôt dès qu’on voit des signes de troubles de la communication.
  • Une consommation numérique importante des parents devant les tout-petits induira des effets d’identification et de mimétisme et généra un effet de rebond. C’est -à-dire qu’après le temps calme de la captation de l’attention suivra une période addictogène liée à la surexposition et des colères.
  • Une modération numérique dans les familles, ainsi que le maintient d’une quantité importante de lecture, notamment à voix haute, et à tous les âges de la vie semblent être les meilleures armes.

Pour aller plus loin

(Visited 430 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *