Dans L' Éloge du Bug, Marcello Vitali-Rosati dénonce l'impératif fonctionnel, l'idée d'un numérique unique et la rhétorique de l'immatérialité

Couverture du livre L'Éloge du Bug de Marcello Vitali-Rosati qui dénonce l'impératif fonctionnel, l'idée d'un numérique unique et la rhétorique de l'immatérialité

Titre : L’ Éloge du Bug
Auteur :  Marcello Vitali-Rosati
Éditeur : Zones
Pages : 207
Année : 2024
ISBN : 978-2-35522-223-8

 

« Ça marche, c’est tout », nous dit la publicité pour un smartphone. C’est simple, c’est intuitif. Il n’y a pas à se poser de questions. Le passage au numérique tel que nous le vivons aujourd’hui correspond largement à une délégation généralisée des choix politiques, éthiques, culturels et sociaux à des opérateurs privés qui ont su rapidement proposer des « solutions fonctionnelles » pour à peu près tout. Dans cet essai provocateur, le philosophe Marcello Vitali-Rosati prend le contre-pied de cet « impératif fonctionnel » au coeur de la vision du monde dans laquelle les GAFAM nous enferment. Il propose au contraire de réfléchir à partir de ce qui heurte le flux bien huilé des rhétoriques de l’immatérialité, de la simplicité, de l’intuitivité et du bon fonctionnement : le bug. En anglais, ce mot signifie « insecte », mais aussi « spectre ». En court-circuitant la machine qu’il habite et qu’il hante, le bug nous pousse à ouvrir la boîte noire. C’est aussi ce à quoi ce livre nous invite. Au lieu de nous laisser séduire par un discours qui, nous promettant de nous délivrer de toutes les tâches matérielles, finit par nous asservir à une poignée de plateformes, nous pouvons cultiver une connaissance critique des technologies à même de nous libérer de cette emprise.

A propos de l’auteur Marcello Vitali-Rosati :

Marcello Vitali-Rosati est philosophe et spécialiste des questions relatives aux technologies numériques. À partir de l’étude et de la pratique du code, il analyse la manière dont les algorithmes, les formats, les logiciels et les plateformes redéfinissent les notions d’humain, d’identité, de connaissance ou de littérature. Contributeur actif à la théorie de l’éditorialisation, il travaille à la conception de nouvelles formes de production et de diffusion du savoir. Il est professeur à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.

Table des matières :

REMERCIEMENTS

INTRODUCTION

  1. IL FAUT QUE ÇA MARCHE
    Bugs kafkaïens
    Ça marche, c’est tout
    Un dîner irrationnel
    La révolution industrielle et l’impératif fonctionnel
    L’impératif fonctionnel à l’époque du numérique
    L’impératif fonctionnel après la pandémie
    Dystopies qui fonctionnent très bien

  2. SIMPLE ET INTUITIF
    Le génie de la lampe et l’iPhone
    Le numérique et les modèles de l’amour
    « Une » seule lampe, « un » seul numérique ?
    Naturalisation, transparence et dissimulation
    Intuitif ?
    L’intuition des enfants
    Formes et littératie

  3. AUSSI LÉGER QU’UN NUAGE
    Il était une fois dans l’Ouest
    La noble immatérialité et la folie de McBain
    Le mépris de la matière
    La matérialité de la pensée
    Des femmes et des machines
    Des nuages, des câbles et des chemins de fer
    Être humains et ordinateurs

  4. LE MONDE DES BUGS
    Socrate et les bugs
    Spectres, démons, punaises de lit et bugs
    Prendre conscience pour résister
    Les bugs et l’émergence de la pensée critique
    It’s not a bug, it’s a feature
    Typologie de bugs 1 : l’outil cassé
    Bugs qui tuent
    Typologie de bugs 2 : l’outil complexe
    Typologie de bugs 3 : l’outil inutile
    Bidouiller, bricoler, casser

  5. LIEUX PUBLICS ET JARDINS PARTAGÉS
    Henry Ford et Épicure
    Habiter le numérique
    Espaces privés et espaces publics
    De l’espace aux lieux
    Libre et propriétaire
    Le low tech
    Une perte de temps militante
    Des inadaptés lettrés

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Avis et critique sur l'ouvrage "Éloge du bug" de Marcello Vitali-Rosati:

Marcello Vitali-Rosati est un philosophe… geek (il utilise un Lenovo X200 et Librebot et rédige son ouvrage sur l’éditeur de texte VIM…). Cette double compétence donne toute la force à son propos.

L’auteur développe le concept de littératie numérique, qu’il définit comme notre capacité critique, fondée sur l’analyse, la compréhension et la maîtrise, et qui doit être une manière de nous rendre libres en nous permettant d’être les véritables protagonistes de nos actions. Elle est fondée sur trois principes :

  1. la conscience de la multiplicité des modèles et des environnements, qui s’oppose à la vision réductrice d’ « un » numérique, constitué d’une unité cohérente. Nous devons prendre conscience qu’il existe une multitude de modèles, technologies, d’OS…
  2. la recherche de la technologie adéquatement complexe, qui s’oppose à l’impératif fonctionnel, le simple et l’intuitif. 
  3. la maitrise de son activité face à des technologies qui limitent volontairement notre usage et nous rendent passifs (scroller, swaper, taper, notifications, etc.)

Il revient également sur la rhétorique de l’immatérialité qui n’est pas seulement fausse (impact écologique des centres de données, infrastructures câblés, etc.) mais qui est dangereuse car elle fait obstacle à la pensée critique, sur la base de « ce qui ne se voit pas n’existe pas ». 

La métaphore avec la lampe d’Aladin utilisée tout au long de l’œuvre est originale, bien trouvée, et même éclairante. C’est là promesse alléchante des GAFAM qui avec leurs lampes magiques (iphone, tablette, etc.) exaucent le moindre de nos désirs sans que nous ayons même besoin de le formuler, et cela sans aucune compétence ni réflexion de notre part (ah, l’intuitivité technologique !).

Pour l’auteur, le bug nous bloque, nous empêche de continuer à faire ce que nous étions en train de faire, mais il nous dit et nous apprend aussi des choses, sur la matérialité des environnements numériques et la spécificité du modèle utilisé (le code par exemple).

Ça pourrait vous intéresser :

Faire l’éloge du bug, c’est faire l’éloge de la curiosité technique, favoriser la prise d’initiative, c’est se questionner sur son usage, c’est refuser les modèles standards imposés par les géants du numérique, la simplification extrême qu’elle soit symbolique (swiper, scroller, taper…) ou matériel (essayez de démonter un iphone), c’est refuser de réduire le monde à une vision simpliste dictée par des intérêts économiques, c’est proscrire les activités toujours suggérées et balisées par le dispositif numérique (notifications, design et ergonomie).

Faire l’éloge du bug, c’est refuser la passivité technologique et reprendre en main les dispositifs que nous utilisons au quotidien, c’est faire naitre l’esprit critique en favorisant la bricole, c’est défaire, démonter, pour mieux comprendre les dispositifs et ne plus les subir.

Loin de faire la promotion de la low tech, Marcello Vitali-Rosati, prône un usage décomplexé et aventureux des outils numériques ou l’utilisateur est le moteur premier et principal. En ça, il est fidèle aux ambitions des premières heures de l’Internet. Vous l’aurez compris, je recommande fortement la lecture de l’Éloge du Bug.

Il est dommage cependant que l’éditeur ZONES est décidé d’utiliser l’écriture dite « inclusive » , qui rend la lecture pénible avec des enchainements de points médians, de iels et autres syntaxes troublantes, grammaticalement incorrectes, esthétiquement gênantes. Cela nuit malheureusement au plaisir de lire et à la qualité du propos de l’auteur. Il est fort dommage que l’éditeur n’ait pas fait sienne la déclaration de l’Académie Française, de la Fédération Française des DYS, ou encore de la circulaire relative aux textes officiels sur le non usage de l’écriture dite « inclusive ». À quand une version classique?

Les concepts et idées ayant retenu mon attention dans l'ouvrage "Éloge du Bug"

  • Une délégation généralisée de nos choix : Le « passage au numérique » tel que nous le vivons aujourd’hui correspond largement à une délégation généralisée des choix politiques, éthiques, culturels et sociaux aux entreprises qui ont su rapidement proposer des « solutions » fonctionnelles, simples, intuitives, performantes. Mais ce faisant, les espaces publics, les activités d’intérêt commun et l’ensemble de nos lieux de vie sont désormais gérés par quelques entreprises dont nous adoptons, souvent de façon acritique, les « solutions ». (p.12)

  • L’impératif fonctionnel : apparaît ici comme une injonction caractérisant formellement tout système psychique. Comme tout impératif, celui-ci engendre des transgressions qui se manifestent dans une sorte d’appel de l’irrationnel, et ces transgressions, du fait de leur caractère inacceptable, font l’objet d’un refoulement. […] On devient rationnel à la suite d’un long apprentissage et d’une soumission progressive à l’impératif rationnel. (p.20).

  • Discours technologie et impératif fonctionnel : Dans notre époque numérique, en tant qu’époque capitalistique […] cet impératif semble avoir trouvé un allié parfait dans un certain discours technologique : la technologie est ce qui doit fonctionner et, en même temps, ce qui permet que tout fonctionne au mieux. (p.22)

  • Nos lettres d’amour au format document d’entreprise : Word fonctionne bien ? Oui, il répond tout à fait à l’impératif fonctionnel. À travers une série très large de stratégies, ce modèle s’est étendu au-delà des bureaux des entreprises, est entré dans les universités, dans les maisons d’édition, dans la vie privée de tout un chacun […] Word devient un « standard » de facto. Aujourd’hui, notre manière d’écrire des textes universitaires, des romans ou des lettres d’amour est modelée par une idée du texte comme document d’entreprise et nous croyons que cela est neutre […] On préfère Apple à d’autres systèmes ‘exploitation parce que « ça fonctionne bien ». […] Ça fonctionne pour faire quoi ? Nous découvririons que la réponse est trop souvent celle-ci :  » Ça fonctionne pour augmenter la productivité dans un sens capitaliste. » (p.31)

  • Dispositifs de contrôle de la productivité des employés : Le but de ces applications (Desktime, EmailAnalytics, Timely, Time Doctor, ProofHub, Everhour, TMetric, TrackingTime…) est toujours le même : contrôler algorithmiquement le comportement des personnes (direction des yeux, analyse de l’attention et des mouvements faciaux…) pour faire un sorte de maximiser leur productivité. Devant ces systèmes, le Big Brother de 1984 devient presque ridicule […] Aujourd’hui, Big Brother ne se limite pas à nous regarder de l’extérieur, il est désormais capable de voir dans notre âme, et tout cela non pas, comme dans le roman d’Orwell, pour garantir un consensus politique, mais pour maximiser la production. (p.41)

  • Le processus de modélisation (Tinder, Google):  Il est évident que l’interprétation que Tinder donne de l’amour et des rapports de couple n’est pas la seule possible et;, surtout, qu’elle n’est pas neutre. On peut dire la même chose des critères de pertinence selon Google. […] Ce phénomène peut être appelé « naturalisation » : une vision du monde, une opinion, une interprétation devient tellement courante et commune que nous finissons par oublier qu’elle est « une vision du monde et non pas « le » monde en tant que tel. (p.61). Si on lit attentivement le brevet qui expose assez bien le modèle représentationnel sur lequel s’appuie l’application […] l’affirmation sexiste selon laquelle une femme plus jeune et plus pauvre pourrait bien « matcher »  avec un homme plus vieux et plus riche est justifié par la phrase :  » le serveur de matching 20 peut être configuré de cette manière parce que des données empiriques ont montrée que ces différences démographiques n’ont pas un effet équivalent sur les choix que font les hommes et les femmes en matière de matches. » (p.63). Dans le cas de Google, l’effet de naturalisation est encore plus évident [..] Le fait qu’il soit implémenté dans le moteur de recherche et le succès de ce moteur de recherche ont déterminé que l’idée de pertinence du Science Citation Index (modèle d’autorité sur lequel l’importance et la légitimité d’un contenu sont déterminées par la notoriété de son auteur.) est devenue l’idée de pertinence par excellence. (p.63)

  • Dissimulation dans les OS: Nos dispositifs GAFAM suivent le même paradigme de dissimulation. Dans les systèmes d’exploitation comme Mac et Windows, nous ne pouvons par exemple plus voir l’emplacement des fichiers ni leur extension. Les fichiers de configuration sont cachés et souvent inaccessibles, avec l’excuse d’éviter les dégâts […].  Les génies des lampes numériques interprètent le monde pour nous, sans nous dévoiler les principes de leur interprétations. (p.65)

  • Lien étroit entre intuition et immédiateté. Présupposer un rapport au réel qui ne demande pas de médiation signifie croire qu’un seul rapport au monde est possible : l’immédiateté détermine l’unicité. Il y aurait donc un seul monde et un seul accès possible à ce monde. Cet accès serait complètement transparent parce qu’il se ferait sans aucune médiation. Face à une médiation, il n’y a aucune pensée possible […] C’est cette même logique que nous vendent les GAFAM : l’outil parfait serait celui qui nous donne un accès immédiat au monde. Cette immédiateté ne peut qu’être fondée sur l’unicité : il existe une et une seule manière de saisir ce que le monde est en soi – car, s’il y en avait plusieurs, il serait nécessaire de justifier cette multiplicité avec différentes médiatisations. (p.69)

  • Le solutionnisme technologique : Une approche selon laquelle tous les besoins sociaux sont , de fait , transformables et façon unique, claire et non ambiguë en « problèmes » qui peuvent ensuite être résolus par de bons algorithmes. Marozov dénonce cette idéologie parce qu’elle cache la complexité et la pluralité des besoins sociaux, et parce qu’elle fait passer pour transparentes, neutres et « naturelles » les  stratégies de réponses mises en place par les GAFAM pour répondre à ces besoins.  (p.71)

  • « Le » ou « Les » numériques ? « Le » numérique est assimilé à une langue que l’on maîtrise plus ou moins bien. La métaphore permet d’induire que , comme une langue, le numérique peut être appris dès le plus jeune âge par exposition et que, comme une langue, il devient le mode d’expression et de rapport au monde principal […] 1) il est discutable de considérer le numérique comme une unité cohérente […] 2) il est faux de croire qu’une génération entière aurait été exposée de la même manière à la même culture numérique […] 3) dans le cadre des technologies numériques, il est difficile de pouvoir affirmer que l’exposition implique la maîtrise. (p.72)

  • Une passivité presque totale face aux technologies : Parce qu’elles sont uniformes et qu’elles proposent des formes d’accès au monde très pauvres, simplifiées et semblables, ces technologies ne requièrent finalement aucun effort et permettent  une passivité presque totale (i.e. à part quelque geste minimaliste, comme le swipe, les jeunes n’effectuent aucune opération qui requiert de la réflexion). (p.74)

  • La littératie numérique doit être une capacité critique, fondée sur l’analyse, la compréhension et la maîtrise. La littératie numérique doit être une manière de nous rendre libres en nous permettant d’être les véritables protagonistes de nos actions. Trois principes qui devraient fonder cette littératie numérique: 1) la conscience de la multiplicité des modèles 2) la recherche de technologies adéquatement complexes (ne pas se contenter de dispositifs trop simples) et 3) la maitrise de l’activité via sa capacité à modeler son environnement (et éviter la passivité) […] Ainsi, l’usage de tablettes ou de téléphones ne peut absolument pas favoriser le développement d’une littératie numérique. (p.76)

  • Tablettes à l’école : Tous les programmes qui consistent à donner des iPads dans les écoles pour diffuser et développer une littératie numérique ont de fait l’effet contraire : ils contribuent à la mise en place d’un assujettissement ignorant, d’une dépendance total et critique à des technologies incompréhensibles qui sont nos maîtres au lieu d’être à notre service. (p.76)

  • Smartphones (& iPads) et littératie numérique : 1) ils présentent une vision du monde unique et uniformisée et, surtout, la naturalisent en rendant complètement transparents et donc invisibles leurs processus de modélisation – tout est dissimulé. 2) la richesse du système symbolique rendue possible par des formes comme l’écriture est balayée et remplacée par un nombre très réduit de gestes. 3) la pauvreté d’expression (activité suggérée et balisée sur un smartphone)

  • Des nuages, des câbles et des chemins de fer : Dès que le numérique est associé à l’immatérialité, il acquiert une valeur symbolique très élevée (voir la déclaration d’indépendance du cyberspace de John Perry Barlow en 1989) […] Pour câbler un territoire, il est nécessaire de pouvoir enterrer l’infrastructure et donc d’avoir l’autorisation des propriétaires de chaque bout de terre où l’on veut creuser. Il est évident qu’avoir l’autorisation de citoyens privés pour faire un ensemble de trous, terrain après terrain, afin de traverser les États-Unis d’est ou ouest n’est pas une simple entreprise. Mais cette entreprise a déjà été accomplie, certes avec beaucoup de dégâts « collatéraux » et énormément de violences au XIXe siècle pour faire passer le chemin de fer. […] Le câblage des États-Unis suit donc les voies de train… (p.104)

  • Rhétorique de l’immatérialité : Outre le fait d’être plus sexy (la représentation préféré des réseaux est sans fil : wireless), la rhétorique de l’immatérialité a un autre avantage: elle cache les véritables enjeux et limite la capacité de compréhension – et surtout de critique – du public. Selon Starosielski « le fait de cacher la matérialité des infrastructure réduit la conscience que le public a de l’infrastructure et donc semble réduire la possibilité de la détruire et semble protéger le flux de pouvoir ancré tout le long des câbles« . Elle cache une stratégie de dissimulation. (p. 104)

  • Les différents types de bugs : 1) L’outil cassé (il arrête de fonctionner suite à un imprévu), 2) l’outil complexe (il fonctionne bien mais ne fait pas ce qu’on croit qu’il doit faire. C’est un outil contre intuitif), 3) l’outil inutile (conçu pour mettre en question l’impératif fonctionnel) (p.165)

  • La skholé : C’est une occupation oisive, ce que les Grecs appelaient skholé, d’où vient le français « école », qui signifie initialement oisiveté, temps libre. S’oppose à ascholia, le temps occupé, les affaires. Il est nécessaire d’être libre pour pouvoir se dédier à la philosophie et aux arts […], se dédier à cultiver notre jardin. Elle s’oppose radicalement à l’impératif fonctionnel. Être libre de cultiver sa propre autonomie en se dédiant à des tâches matérielles qui sont normalement méprisées par l’impératif fonctionnel. (p.182)

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 7 =